Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


Franc-maçonnerie à Grenoble

"Ma Franc-maçonnerie mise à nu... pour les profanes à Grenoble"

Commandez-le dès maintenant

...et recevez-le chez vous dans 48h 


Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Une loge maçonnique maçonnique est une confrérie civile qui réunit un petit groupe de membres de la franc-maçonnerie au niveau local; Dans la terminologie maçonnique, on appelle loges maçonniques ou ateliers les groupes de base des franc-maçons. Les loges maçonniques se caractérisent par un « titre distinctif », souvent un numéro d'ordre et un « Orient », c'est-à-dire la ville ou le lieu où elle choisit de se rattacher. Seules les loges maçonniques disposent du pouvoir, essentiel en franc-maçonnerie, d'initier de nouveaux membres. Elle se réunissent dans des temples maçonniques. Photo en couleur d'un temple maçonnique en Italie - Temple d'une loge maçonnique maçonnique italienne. Les types de loge maçonnique - Les ateliers des trois premiers degrés (apprenti, compagnon et maître) sont appelés « loges maçonniques symboliques » ou « loges maçonniques bleues ». Ceux des grades complémentaires ou « supérieurs », appelés « hauts grades » dans certains rites, portent des titres spécifiques « loges maçonniques de perfection », « chapitres », « aréopages », « consistoires », mais restent toujours des « loges maçonniques » au sens général. loges maçonniques et grande loge maçonnique - Un ensemble de loges maçonniques de sensibilité apparentée et situées géographiquement dans le même État peuvent se regrouper en « Obédiences maçonniques », généralement appelées « grandes loges maçonniques » ou, plus rarement, « grands orients ». En se fédérant ainsi, les loges maçonniques regroupent leurs forces, notamment en ce qui concerne les questions matérielles (financement et gestion de leurs locaux), rituelles (harmonisation des cérémonies) et d'inter-visite (les membres d'une loge maçonnique peuvent habituellement fréquenter en visiteur toutes les autres loges maçonniques d'une même fédération). Ces regroupements « administratifs » n'ont pas pour fonction d'initier de nouveaux membres, l'Initiation étant du ressort exclusif des loges maçonniques qui composent l'Obédience . Hiérarchie - Au sein d'une loge maçonnique deux hiérarchies cohabitent. Celle des grades et celles des fonctions. Les grades maçonniques - Article détaillé : Grade maçonnique. 

Ce type de hiérarchie est initiatique. Elle inclut les grades d'avancement et les grades de perfectionnement1. La progression de l'initié s'accomplit en fonction des travaux maçonniques qu'il accomplit au sein de cette communauté et du jugement que ses pairs portent sur lui. Les fonctions: officiers de la loge maçonnique - photo en couleur d'un temple au Canada - Temple de la loge maçonnique « Les Cœurs Unis » - Montréal. Article détaillé : Officiers de loge maçonnique maçonnique. Une loge maçonnique est présidée par un vénérable maître qui dirige les travaux, secondé par un collège d'officiers. Certains offices ne devant être remplis que par un maître. Le nombre et la qualité de ceux-ci diffèrent selon les rites; cependant on trouve toujours le « premier surveillant », qui a la charge de l'instruction des compagnons, et le « second surveillant », qui a celle des apprentis. Désignation des responsables 

Dans certaines loges maçonniques, tout membre affilié depuis au moins six mois participe chaque année à l'élection des officiers et du vénérable maître, qui ne peut habituellement exercer son mandat au-delà de trois ans. Dans la majorité des loges maçonniques, les apprentis et les compagnons ne votent pas. Le droit de vote dépend également le plus souvent d'une assiduité suffisante pendant l'année. Tenue - Une tenue de loge maçonnique désigne une réunion rituelle qui en théorie, ne peut être ouverte qu'avec au moins sept membres. Certaines Obédiences exigent dans ce cas qu'ils possèdent tous le grade de maître. Les tenues dites d'« obligation » ont lieu au maximum deux fois par mois et en principe le soir, elles durent environ trois heures. Les loges maçonniques peuvent recevoir dans leur tenue des membres d'autres loges maçonniques (visiteurs et visiteuses) de leur Obédience mais également d'autres Obédiences, si celle-ci ont convenue de conventions de reconnaissance mutuelle. La loge maçonnique peut aussi tenir des tenues « blanche » qui sont le plus souvent des conférences et qui peuvent être « ouvertes », ou le conférencier est un franc-maçon et l'auditoire ouvert également au « non franc-maçon (profane) » mais aussi « fermée » ou le conférencier est dit : « profane » et l'auditoire exclusivement composé de francs-maçons5. Il existe aussi des tenues particulières comme les tenues funèbres en cas de décès d'un membre de la loge maçonnique et des tenues de banquet pour les fêtes solsticiales de la Saint Jean d'hiver et d'été. L'ensemble du déroulement de la tenue, comme des spéculations qui y sont menées, sont toujours codifiées selon le rituel propre à chaque rite. Vie maçonnique. 

Grenoble est une commune du sud-est de la France, chef-lieu du département de l'Isère, ancienne capitale du Dauphiné. Troisième commune de la région Auvergne-Rhône-Alpes, derrière Lyon et Saint-Étienne, Grenoble est la commune-centre de la deuxième agglomération de cette région après celle de Lyon. Elle est également la plus grande métropole alpine, devant Innsbruck et Bolzano, ce qui lui vaut le surnom de « capitale des Alpes ». L’histoire connue de Grenoble couvre une période de plus de deux mille ans. À l'époque gallo-romaine, le bourg gaulois porte le nom de Cularo, puis celui de Gratianopolis. Son importance s'accroît durant le XIe siècle lorsque les comtes d’Albon choisissent la cité comme capitale de leur province, le Dauphiné. Ce statut, consolidé par l’annexion à la France, lui permet de développer son économie. Grenoble devient alors une ville parlementaire et militaire, à la frontière avec la Savoie. En 1788, la population s'est mobilisée pour défendre ses parlementaires lors de la Journée des Tuiles en attaquant les troupes royales. Antoine Barnave et Jean-Joseph Mounier (à l'origine du fameux Serment du jeu de Paume) furent d'illustres acteurs grenoblois de la Révolution française.

Le développement industriel de Grenoble commence véritablement au XVIIIe siècle avec la ganterie et s’accentue dans la deuxième partie du XIXe siècle, avec la découverte de la houille blanche. Mais Grenoble connaît sa croissance la plus forte durant les Trente Glorieuses. La tenue des Jeux olympiques d’hiver symbolise cette période de grands bouleversements pour la ville. Son développement continuant, Grenoble s'affirme aujourd’hui comme un grand centre scientifique européen. Pour ce qui est de la population, Grenoble était en 2013 la seizième commune de France avec 160 215 habitants, son agglomération la dixième de France en 2013, avec 508 201 habitants, et son aire urbaine la onzième, avec 684 398 habitants. Ses habitants sont appelés les Grenoblois.

La commune de Grenoble est située entre les massifs du Vercors (à l'ouest et au sud-ouest), de la Chartreuse (au nord), du Taillefer (au sud-est) et de la chaîne de Belledonne (à l'est). Elle est approximativement au centre de la partie française des Alpes. La ville entourée de montagnes très proches faisait dire à Stendhal « Au bout de chaque rue, une montagne… ». Grenoble est située dans la partie sud-est du territoire national, à relativement faible distance (à vol d'oiseau) des frontières italienne (70 kilomètres) et suisse (110 kilomètres). L'agglomération est située sur l'axe du sillon alpin, s'étendant de Valence à Genève, et qui comprend également les villes de Chambéry, Annecy, Aix-les-Bains, Loge maçonnique à Voiron et Loge maçonnique à  Romans-sur-Isère. Bien que située au confluent actuel du Drac et de l'Isère, Loge maçonnique à Grenoble fut bâtie à l'origine au niveau des contreforts de la Bastille, sur un léger tertre en rive gauche de l’Isère, à son point le plus aisément franchissable et donc au premier endroit permettant d'accueillir un pont avant la confluence. L'Isère venait en effet buter contre l'éperon sud du Rachais et divaguait dans des méandres qui se déplaçaient sans cesse. Les villages alentours étaient, quant à eux, installés à l’abri des inondations sur les coteaux des trois massifs. Ce n'est qu'une fois ces rivières canalisées que la ville connaîtra une expansion urbaine sur le reste de la plaine. Le point zéro de départ du kilométrage se situe sur le pont Marius-Gontard. À vol d'oiseau, Grenoble se situe à 47 kilomètres de Chambéry, 71 kilomètres de Valence, 73 kilomètres de Gap, 92 kilomètres de Vienne, 97 kilomètres de Lyon, 122 kilomètres de Genève, 154 kilomètres de Turin, 204 kilomètres de Nice, 211 kilomètres de Marseille et 483 kilomètres de Paris7. Toujours à vol d'oiseau, Grenoble se situe à 14 kilomètres de la station de ski de Chamrousse, à 16 kilomètres des Sept Laux, à 17 kilomètres de Villard-de-Lans, à 25 kilomètres de l'Alpe d'Huez, à 35 kilomètres des Deux Alpes et à 48 kilomètres de La Grave. Par la route ces distances sont à multiplier par deux, environ. Par la route, Grenoble se situe à 224 kilomètres de Turin, 320 kilomètres de Nice et à 547 kilomètres de Paris.

Grenoble est le siège de la métropole Grenoble-Alpes Métropole (communément appelée La Métro) qui inclut également au 1er janvier 2015 les communes suivantes : Bresson, Brié-Angonnes, Champ-sur-Drac, Champagnier, Claix, Corenc, Domène, Échirolles, Eybens, Fontaine, le Fontanil-Cornillon, Gières, Herbeys, Jarrie, La Tronche, Le Gua, Meylan, Miribel-Lanchâtre, Mont-Saint-Martin, Montchaboud, Murianette, Notre-Dame-de-Commiers, Notre-Dame-de-Mésage, Noyarey, Poisat, Le Pont-de-Claix, Proveysieux, Quaix-en-Chartreuse, Saint-Barthélemy-de-Séchilienne, Saint-Égrève, Saint-Georges-de-Commiers, Saint-Martin-d'Hères, Saint-Martin-le-Vinoux, Saint-Paul-de-Varces, Saint-Pierre-de-Mésage, Le Sappey-en-Chartreuse, Sarcenas Sassenage, Séchilienne, Seyssinet-Pariset, Seyssins, Varces-Allières-et-Risset, Vaulnaveys-le-Bas, Vaulnaveys-le-Haut, Venon, Veurey-Voroize, Vif et Vizille. Cette métropole, créée le 1er janvier 2015 compte aujourd'hui quarante-neuf communes pour 439 974 habitants. Grenoble est limitrophe de dix des quarante-neuf autres communes qui composent la Métro. À titre de comparaison, la superficie de Grenoble et des communes de sa première couronne représente exactement la même superficie que la commune de Paris soit 105,40 km2 mais pour 325 000 habitants.

 

Site web              http://www.grenoble.fr

Gentilé                Grenoblois

Population

municipale         160 215 hab. (2013)

Densité                8 837 hab./km2

Population

aire urbaine       684 398 hab. (2013)

Géographie

Coordonnées    45° 11' 16? Nord, 5° 43' 37? Est

Altitude               Min. 204 m – Max. 600 m

Superficie           18,13 km2