Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


Loges de Francs-maçons à Kremlin-Bicêtre

Comment entrer dans une Loge de Francs-maçons à Kremlin-Bicêtre


Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Entre 2010 et 2011, après diverses péripéties réglementaires et juridiques, le Grand Orient de France Obédiences trictement masculine depuis sa création en 1773 et sans modifier son règlement général, laisse ses loges maçonniques initier des femmes ou affilier des sœurs, selon les mêmes règles qui régissent celles des hommes.

De 2008 à 2012 une forte crise se développe au sein de la Grande loge maçonnique nationale française, seule Obédience reconnue « régulière » par la Grande loge maçonnique unie d'Angleterre (GLUA), principalement autour de la conception de la grande maîtrise exprimée par le grand maître, ainsi que des pratiques et des modalités de sa gouvernance, notamment quant aux rapports qu'il entretient avec la classe politique40. L'ampleur des dissensions emmènent l’Obédience devant les tribunaux qui désignent un administrateur judiciaire en 2011 affecté à la gestion des affaires internes de l'Obédience 41. Plusieurs Obédiences dont la GLUA retirent ou suspendent leur reconnaissance à l'Obédience française. En décembre 2012, un nouveau grand maitre est élu, il met en œuvre une restructuration de l’Obédience qui abouti en juin 2014, à une reprise de la reconnaissance de la Grande loge maçonnique unie d'Angleterre. En 2015, les Obédiences européennes ont toutes restauré leurs relations d'amitié avec la Grande loge maçonnique nationale française. Ces décisions parachèvent le rétablissement de sa reconnaissance au sein de l'ensemble des grandes loges maçonniques « régulières » dans le monde42. Au cours de cette crise, la GLNF voit ses effectifs se réduire considérablement, passant de 43 500 membres en 2010 à 26 200 en mars 2013 43 et la création d'une nouvelle Obédience issue de celle-ci, la Grande loge maçonnique de l'Alliance maçonnique française (GL-AMF)44.

Principales Obédiences françaises - Voir l’article annexe : Liste d'Obédiences maçonniques France.  Partage des effectifs maçonniques en France par Obédience, en 2014. Obédiences françaises d'après leur nombre d'adhérentes en 2014.

Il y a, en 2014, environ 175 000 adhérents aux diverses loges maçonniques maçonniques. Les Obédiences françaises ne se reconnaissent pas toutes entre elles mais leurs membres, indépendamment des nuances voire des divergences de leurs Obédiences, se reconnaissent le plus souvent entre eux comme frères et sœurs.

Groupe de reconnaissance de la « Maçonnerie française » - La « Maçonnerie française » (MF) est une association qui regroupe depuis juin 2001, huit

Obédiences

N 9. L'organisation a notamment pour but la fondation d'organismes autour de la

franc-maçonnerie

, pour l'étude et la diffusion de celle-ci. L’Institut maçonnique de France (IMF) et, en 2002, l’Ordre maçonnique de La Fayette sont deux des associations fondées par la MF.

Le Kremlin-Bicêtre est une commune française située dans le département du Val-de-Marne en région Île-de-France. Elle est limitée par Paris au nord, Gentilly à l'ouest, Arcueil au sud-ouest, Villejuif au sud et Ivry-sur-Seine à l'est. Le Kremlin-Bicêtre est une commune de la petite couronne de Paris. Elle se trouve au sud-est de la capitale, au niveau de la Porte d'Italie. Aucun cours d'eau ne traverse la commune. Le territoire de la commune s'étage de 45 à 115 mètres, avec une déclivité liée à la vallée de la Bièvre dont le cours traverse la commune voisine de Gentilly. Son sous-sol est partiellement constitué de calcaire lutétien, qui fit l'objet d'extractions notamment pour servir de matériaux de construction. On trouve également des terrains gypsifères en affleurement. Le nom de Kremlin vient d'une enseigne Au Sergent du Kremlin, souvenir de la campagne de Russie en 18121. Le nom de Kremlin apparaît sur les cartes en 1832 et est officialisé à la création de la commune en 1896. Bicêtre vient de Jean de Pontoise (en), évêque de Winchester de 1282 à sa mort en 1304, qui y avait fait construire un manoir le Petit Winchester, puis par déformation Bissêtre (Bicêtre), qui signifie malheur en vieux français, le manoir ayant été incendié par les Bourguignons.

Jusqu'au XVIIIe siècle, l'histoire du Kremlin-Bicêtre se confond avec celle du domaine qui va devenir le château puis l'hôpital de Bicêtre. Il s'agissait d'ailleurs probablement durant cette période du seul bâtiment sur ce territoire. Au Moyen Âge, le territoire de l'actuelle commune relevait de la paroisse de Gentilly. Le premier propriétaire mentionné en cet endroit est Pierre le Queux qui possédait un domaine, La Grange-aux-Queulx qui lui aurait été offert par Louis VIII. Vers 1250, le domaine est racheté par Louis IX qui, voulant favoriser le développement des institutions monastiques, y installa une colonie de Chartreux. Ceux-ci abandonnèrent le bâtiment quelques années plus tard pour aller s'installer au castel Vauvert (à l'emplacement actuel du jardin du Luxembourg dans Paris). La Grange-aux-Queulx, complètement abandonnée, devient le refuge de voleurs, de vagabonds. En 1286, il n'en reste plus que des ruines rachetée par Jean de Pontoise, évêque de Winchester, qui y fait construire un château. Celui-ci aurait ensuite été baptisé par déformation Vinchestre, Bichestre puis Bicêtre. Il est également possible qu'il ait été appelé Biberis Castra « château de la Bièvre », ce qui aurait donné le nom de Bicêtre.

Le château a ensuite plusieurs fois changé de mains : confisqué en 1294 par Philippe le Bel dans les guerres avec le roi d'Angleterre Édouard Ier, rendu ensuite à son propriétaire, il est vendu en 1304 au Comte de Savoie, Amédée VI qui le revend en 1346 à Philippe d'Orléans, fils du roi Philippe VI. La guerre de Cent Ans est fatale à la demeure qui est brûlée en 1371 lors d'une invasion anglaise, par les mercenaires de Robert Knolles. Le domaine est ensuite cédé en 1385 par Charles VI à Amédée VII de Savoie, dont le fils cède les ruines en 1400 à Jean Ier de Berry4. Celui-ci le fit alors rebâtir sous la forme d'une véritable forteresse. Éclate alors en 1410 une guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. Le château de Bicêtre sert de base au duc de Berry, les ligueurs assiégeant Paris. Un traité de paix est finalement signé en novembre 1410 sous le nom de Paix de Bicêtre. Malgré ce traité, les rivalités subsistent et à la suite d'une émeute populaire, une bande armée vient incendier le château de Bicêtre en 1411.

L'histoire de la ville est liée, au début du XXe siècle, à celle du mouvement ouvrier. Les familles qui s'installent à cette époque au Kremlin-Bicêtre sont souvent modestes. Arrêté municipal du 10 septembre 1900 interdisant le port de la soutane. Arrêté du 10 septembre 1900. Le premier maire, Eugène Thomas, élu en 1897, issu du mouvement coopératif, est un socialiste disciple d'Auguste Blanqui. Il applique rapidement une politique anticléricale avec, en 1897 un arrêté interdisant les processions religieuses sur la voie publique, puis, en 1900, un nouvel arrêté interdisant le port de la soutane. Plus durablement, plusieurs rues sont rebaptisées avec des références à la Révolution française (rue Danton, rue du quatorze juillet) ou à des penseurs républicains (Gambetta, Carnot, etc.). Une mairie est construite en 1903.

De nouvelles industries s'implantent au début du siècle dans la ville, autour de l'avenue de Fontainebleau : notamment l'entreprise de charcuterie Géo, en 1913. Ses dirigeants et notamment son fondateur Georges Foucault, mènent une politique sociale et paternaliste. L'établissement propose ainsi à ses employés une cantine et une crèche dans le site ainsi que des logements, des jardins ouvriers et un stade. À son apogée, l'entreprise occupe 28 000 m2 de terrain et emploie 1 500 personnes qui transforment 200 porcs par heure. L'entreprise, rachetée par le groupe Madrange, a ensuite été transférée dans les Yvelines et remplacée par un centre commercial. 

Eugène Thomas réélu plusieurs fois reste maire jusqu'à sa mort en 1919. Il est remplacé par Georges Gérard, également socialiste. Au congrès de Tours en 1920, ce dernier adhère au parti communiste, puis le quitte en 1923, pour rejoindre l'Union socialiste communiste (parti qui rejoindra ensuite la SFIO). Zone Kremlin Bicêtre - lotissement de chalets délabrés en 1913

Zone, Kremlin-Bicêtre, en 1913. La ville voit alors se développer un habitat précaire proche du bidonville, notamment dans la zone des fortifications. La mairie encourage alors la construction de logements sociaux (les HBM), à partir des années 1920. Plusieurs lotissements sont également édifiés. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le maire, Georges Gérard, prête allégeance au maréchal Pétain et reste ainsi en fonction. Il sera abattu dans son bureau à la Libération, par des résistants. 

En 1945, le communiste Gabriel Brion est élu maire et le reste jusqu'en 1947, remplacé par Antoine Lacroix, élu sous l'étiquette SFIO, qui sera maire jusqu'à sa mort en 1983. Mme Decimo lui succède jusqu'en 1995. La municipalité est ensuite conquise par le chevènementiste Jean-Luc Laurent. Sous ses différents mandats, la ville a vu l'arrivée du centre commerciale Okabé11 en 2010 et l'ouverture de la médiathèque l'Echo, deux ans plus tard12. Un espace vert, ouvert au public est créé, le parc Pinel. En janvier 2016, après avoir exercé pendant 20 ans la fonction de maire, Jean-Luc Laurent annonce sa démission14. Son premier-adjoint, Jean-Marc Nicolle lui succède le 16 janvier 2016 15. Conseiller municipal depuis 1995, il est également conseiller régional d'Île-de-France depuis 201016 et conseiller métropolitain à la Métropole du Grand Paris. Il a longtemps exercé le métier de conducteur de métro. La commune du Kremlin-Bicêtre est membre de la Métropole du Grand Paris depuis le 1er janvier 201618. Elle accueillera l'une des nouvelles gares de la ligne 14 du Grand Paris Express : "Kremlin-Bicêtre hôpital".

 

Site web              http://www.kremlinbicetre.fr

Gentilé                Kremlinois

Population

municipale         25 863 hab. (2013)

Densité                16 794 hab./km2

Géographie

Coordonnées    48° 48' 36? Nord, 2° 21' 29? Est

Altitude               Min. 45 m – Max. 115 m

Superficie           1,54 km2