Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


Loges de Francs-maçons à Saint-Maurice

Comment entrer dans une Loge de Francs-maçons à Saint-Maurice


Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


Si l'existence d'un Grand Maître en France est ainsi attestée dès 1728, il faudra cependant attendre dix ans de plus pour qu'une véritable assemblée des représentants de toutes les loges maçonniques « anglaises » et « écossaises » constitue pleinement la première Grande loge maçonnique de France le 24 juin 1738 et institue Louis de Pardaillan de Gondrin (1707-1743), deuxième duc d'Antin, « Grand Maître général et perpétuel des maçons dans le royaume de France ». La proclamation du duc d'Antin, prince de sang, à ce titre, aura pour effet rapide d'alléger les opérations de surveillance que la police commençait à conduire sur la « société secrète » et son influence convaincra probablement le roi Louis XV d'oublier de faire enregistrer la bulle papale de Clément XII, condamnant la franc-maçonnerie, par le Parlement.

En décembre 1736, le chevalier de Ramsay prononce un discoursN 5 développant l'idée d'une origine chevaleresque de la franc-maçonnerie. Cette idée aura par la suite une influence certaine sur l'apparition dans la période 1740-1770 de très nombreux hauts grades maçonniques qui seront regroupés par la suite au sein des différents rites maçonniques. La première révélation au public français des secrets maçonniques date de 1737. Elle sera ensuite publiée en 1738 dans La Gazette de Hollande sous le nom La réception d'un frey-maçon et fait suite aux perquisitions du lieutenant de police Hérault ainsi qu'au témoignage d'une demoiselle Carton, danseuse d'opéra, à laquelle un Frère se serait confié. La police de l'époque attire l'attention du pouvoir royal sur les dangers que ferait courir à la monarchie absolue une telle « Société où l'on admet des personnes de tous États, conditions, religions, où il se trouve un grand nombre d'Étrangers ». Elle fait en conséquence défense « à tous traiteurs cabaretiers, aubergistes et autres de recevoir les dites assemblées de freys-maçons », ce qui ne les empêche nullement de continuer à se réunir, sous la protection de personnes de la haute noblesse, telles que le duc d'Antin. D'autres perquisitions eurent lieu de 1740 à 1745. Elles donnèrent lieu à des rapports de police très détaillés qui sont aujourd'hui une source précieuse pour les historiens de la franc-maçonnerie. Elles furent accompagnées d'arrestations et de condamnations légères, puis la franc-maçonnerie s'installa définitivement dans le paysage social français et les condamnations émanant du pouvoir royal cessèrent jusqu’à la fin du siècle. Portait en couleur de l'union des trois ordres. Nicolas Perseval, L'Union des trois ordres, 1789

L'année 1738 est également celle de la condamnation de la

franc-maçonnerie

par la bulle « in eminenti apostolatus specula » du pape Clément XII. Si cette condamnation fut le signal d'une vague de persécutions dans les pays européens les plus soumis à l'autorité de Rome, il n'en alla pas de même en France où aucune bulle ne pouvait avoir d'effet sans être enregistrée par le Parlement, ce que celui-ci se garda bien de faire, pour des raisons politiques15. Très rapidement, la

franc-maçonnerie

française sera donc principalement composée de catholiques, dont de nombreux prêtres16, et le restera jusqu’à la Révolution française.

Saint-Maurice est une commune française située dans le département du Val-de-Marne, en région Île-de-France. Elle s'appelait Charenton-Saint-Maurice jusqu'en 1843. Saint-Maurice est une commune occupant 1,43 km² dans le Val-de-Marne, sur la rive droite de la Marne juste en amont de son confluent avec la Seine. Elle est voisine des villes de Charenton-le-Pont à l'ouest, de Joinville-le-Pont à l'est, de Maisons-Alfort au sud, et de Paris au nord avec le Bois de Vincennes. Les limites de la commune ont la spécificité de créer deux quartiers très peu liés, de part et d'autre d'un fin cordon qui longe la Marne. La partie centrale de Saint-Maurice est ainsi coincée entre le Bois de Vincennes et la Marne, où la majeure partie du territoire communal est constitué de l'autoroute A4 et des berges de la Marne.

A l'ouest, le territoire est occupé aux deux-tiers de sa superficie par les hôpitaux Esquirol et de Saint-Maurice, et la zone d'habitat est concentrée à l'extrême ouest, sur la limite communale avec Charenton. Inversement, à l'est, séparé du reste de la commune par l'échangeur A4/A86, on trouve un quartier construit de la continuité de Joinville, et bordé par la Marne. Reliés par ce fin corridor matérialisé par la rue du Maréchal Leclerc, unique voie communale reliant les deux extrémités, ces deux quartiers n'ont que peu de liens entre eux.

La ville est divisée en quartiers :

  •     Plateau
  •     Centre
  •     Val d'Osne
  •     Ancienne gendarmerie
  •     Gravelle
  •     Écluse
L'existence de Charenton-Saint-Maurice est attestée dès le XIe siècle. En 1606, Henri IV permet aux protestants d'y construire un temple, que les catholiques brûlent en 1621. En 1623, il est rétabli (d'après le dessin de Jacques de Brosse, il pouvait contenir 15 000 personnes). Le cardinal de Noailles fait venir des religieuses bénédictines du Val d'Osne, qu'il établit sur l'emplacement du temple détruit, et une petite église y est bâtie.

Le 13 septembre 1641, Sébastien Leblanc, conseiller et contrôleur des guerres de Louis XIII, fait donation aux Frères de Saint-Jean de Dieu de maisons et de terres sur la paroisse de Charenton, afin d'accueillir des malades et des aliénés à la « Maison royale de Charenton » (aujourd'hui appelée hôpital Esquirol). Au mois d'août 1685, les catholiques essaient à nouveau d'y mettre le feu. Louis XIV ayant révoqué l'édit de Nantes le 18 octobre 1685, le 23 octobre le temple est alors démoli en cinq jours. À l'époque de la Révolution et plus tard, l'hôpital est considérablement augmenté et convenablement doté. Au cours de la Révolution française, la commune - alors nommée Charenton-Saint-Maurice - porte provisoirement les noms de Charenton-Républicain et de Montgravier1. En 1843, la commune abandonne la référence à Charenton, pour s'appeler simplement Saint-Maurice. Jusqu’à la loi du 10 juillet 19643, la commune faisait partie du département de la Seine. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais au Val-de-Marne à la suite d'un transfert administratif effectif le 1er janvier 1968. Depuis la création du Val-de-Marne, la commune fait partie du canton de Charenton-le-Pont. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, celui-ci s'est étendu de deux à quatre communes et comprend désormais les communes de Charenton-le-Pont, Joinville-le-Pont, Saint-Maurice, ainsi qu'une fraction de Nogent-sur-Marne.

Monuments civils : 

  •     Le Monument à Delacroix de Jules Dalou, qui avait été érigé en 189811 devant l'hôtel de ville, a été détruit par la municipalité. Le buste du peintre a été déplacé devant sa maison natale. La stèle, privée de ses ornements en bronze, a été « recyclée » en monument aux morts de Saint-Maurice en 1998.
  •     La maison natale d'Eugène Delacroix, no 29 rue du Maréchal Leclerc, était située à proximité d'un canal à l'époque. Le canal est devenu l'autoroute de l'Est, mais la maison existe toujours. Dans cette même maison a vécu et est mort le savant Edmond Nocard. Le peintre d'origine chilienne Eudaldo y fut relogé de 1977 à 1985. À la fin des années 1980, la maison a été restaurée par la ville et aménagée en médiathèque12.
  •     L'ancien « asile d’aliénés » hébergea, entre autres, le célèbre prisonnier Latude, puis le marquis de Sade en 1789 et de 1803 à sa mort en 1814. Le peintre et graveur Charles Meryon finit sa vie à l'asile en 1868. Paul Verlaine y fit aussi plusieurs séjours en 1887 et 1890. Le colonel Toussaint-Jean Trefcon, rentré dans cet asile en 1836 y finit ses jours en 1854. Il est enterré à Saint-Maurice. Cet établissement est maintenant devenu l’hôpital Esquirol, mais reste spécialisé dans la médecine psychiatrique. Son médecin-chef Henri Baruk est mort en 1999 à Saint-Maurice.
  •     Passerelle de l'écluse de Saint-Maurice au-dessus de la Marne, conçue par l'architecte Marc Mimram dont le gros-œuvre a été réalisé par Demathieu Bard et la structure métallique par l'entreprise D.M.I.

 

Site web              http://www.ville-saint-maurice.com

Gentilé                Mauritiens

Population

municipale         14 927 hab. (2013)

Densité                10 438 hab./km2

Géographie

Coordonnées    48° 48' 56? Nord, 2° 27' 33? Est

Altitude               Min. 27 m – Max. 67 m

Superficie           1,43 km2