Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


COMMENT CHOISIR SA LOGE ET SON OBEDIENCE ?

Commandez-le livre intégral dès maintenant

Il existe plusieurs méthodes toutes aussi valables les unes que les autres à partir du moment où elles correspondent à votre personnalité.

Le Parrain : vous avez une connaissance qui deviendra votre tuteur, votre présentateur dans la Loge. Cette solution est la meilleure, car vous profitez déjà de son crédit auprès des Sœurs et Frères de la Loge. Sans pour autant en attendre un quelconque passe-droit, il est toujours préférable d’être coopté. Mais cela présente aussi un inconvénient. Imaginez un instant que lors de votre premier entretien avec le Vénérable de la Loge, ce dernier vous donne des réponses qui ne correspondent pas à vos attentes. Vous êtes ensuite obligé de faire faux bond à votre parrain. Si vous pouvez le faire, cela sera un moindre mal, car le pire serait d’entrer dans la Loge à contrecœur et regretter ensuite votre choix.

Je connais aussi quelques candidats qui, pour éviter tout risque de déception, ne disent rien à leur ami maçon et font leur démarche de leur côté. Il n’y a pas vraiment de solution la meilleure et c’est à chacun d’évaluer ce qui lui semble le mieux.

La démarche individuelle : avant l’avènement de l’Internet, on prenait l’annuaire des Pages Jaunes et on recherchait dans la rubrique « Associations religieuses, philosophiques » puis on envoyait sa lettre manuscrite préparée avec Amour. On attendait ensuite deux à trois mois qu’elle suive le circuit administratif habituel. Désormais, tout va plus vite, on se rend directement sur le site Web de l’Obédience[1] et on remplit le formulaire prévu à cet effet. Comme l’époque ne prédispose plus à s’accorder le temps utile, on est parfois très vite contacté. Des quelques mois nécessaires au siècle dernier, on est maintenant passé à quelques semaines, lorsqu’il ne s’agit pas de quelques jours. L’entretien préalable se fait de la même manière et le cursus suit ensuite son cours.

Un autre point doit être pris en compte, la multiplication des Obédiences maçonniques. Il semblerait qu’il se crée chaque mois deux nouvelles Obédiences. Rassurez-vous, il en ferme presque autant. Quand je dis « se crée », il s’agit presque toujours d’un simple Franc-maçon qui décrète avec quelques Frères ou/et Sœurs, qu’il va devenir Grand Maître. J’ai pour ma part déjà vu des Obédiences avec un Grand « Vizir » à la tête de l’organisation et moins de vingt membres au-dessous. Dans certains cas, l’escroquerie va jusqu’à recycler les mêmes noms sur plusieurs Loges, juste pour faire grossir artificiellement les effectifs. Nous avions connu les emplois fictifs dans certaines mairies, il y aussi les charlatans de la Franc-maçonnerie qui créent des maçons fictifs. Quand je vous dis que le meilleur et le pire se côtoient en Franc-maçonnerie...

Lorsqu’on sait qu’il existe en France de très vieilles Loges maçonniques dont les effectifs sont supérieurs à cent membres, cela fait rire. Vous imaginez le Vénérable Maître d’une de ces vieilles Loges de cent membres recevoir en visite un Grand Maître d’une Obédience dont les effectifs sont inférieurs à vingt membres… et le traiter comme un haut dignitaire. Ce serait un peu comme si le Prince Souverain de la Principauté de Sealand[2], avec ses cinq habitants, était reçu en chef d’État à la Maison Blanche. Il ne s’agit pas de rivaliser en taille ou de glorifier la notoriété, mais bien de taquiner les dignitaires de micro-Obédiences qui se prennent pour des monarques.

Il est donc prudent de bien choisir sa Loge, ce qui n’est pas facile lorsqu’on ne connaît personne préalablement. Ensuite, il peut être très utile de s’assurer qu’elle dépend d’une Obédience reconnue, car devenir membre d’une Obédience isolée peut devenir un réel frein à l’évolution de sa pratique, du moins sur du long terme.

Commandez-le livre intégral dès maintenant



[1] Liste des Obédiences dans le monde http://tinyurl.com/listeObediences

[2] Micronation installée sur une ancienne plate-forme militaire au large du Royaume-Uni, reconnue par aucune des nations qui constituent les Nations unies. Sa population n’excède que rarement cinq habitants et sa surface habitable est 550 m2 environ, si bien qu'elle est souvent décrite comme le plus petit pays au monde par sa superficie.