Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


POURQUOI FUIR LA FRANC-MAÇONNERIE ?

Commandez-le livre intégral dès maintenant

Pour mieux comprendre les propos qui vont suivre, dans ce chapitre, je vous livre une histoire qui illustre parfaitement le sens du travail maçonnique :

Juste avant l’ouverture des travaux, un Couvreur officie à l’entrée de sa Loge, lorsqu’un jeune Frère visiteur s’approche et lui dit :

– « Nous nous réunissons dans une Loge juste en face de la tienne et notre Tenue vient d’être annulée, Je ne suis jamais venu vous visiter, comment sont les Frères et les Sœurs de ta Loge ? »

Le couvreur, très sage lui répond par une question :

– « Comment sont les Frères et les Sœurs de la Loge d’où tu viens ? »

– « Assez égoïstes et peu fraternels en réalité. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je suis content de vous visiter ce soir, dit le jeune Frère. »

Le couvreur répond :

– « Tu trouveras exactement les mêmes Francs-maçons ici. »

Le jeune Frère le remercie de sa réponse, puis il part ailleurs, en quête de la Loge idéale.

Cinq minutes plus tard, une jeune Sœur se présente à la porte et lui pose exactement la même question.

– « Nous nous réunissons dans une Loge juste en face de la tienne et notre Tenue vient d’être annulée, Je ne suis jamais venue vous visiter, comment sont les Frères et les Sœurs de ta Loge ? »

 Le couvreur répond de même :

– « Comment sont les Frères et les Sœurs de la Loge d’où tu viens ? »

– « Ils sont bons, accueillants, honnêtes et Fraternels, j’y ai de bons amis. J’ai beaucoup de regrets que notre Tenue soit annulée, répond la jeune Sœur. »

– « Tu trouveras les mêmes Francs-maçons ici, répond le couvreur. »

Le Premier Surveillant[1], non loin de là, avait entendu les deux conversations. Il attend que la jeune Sœur s’éloigne, puis il s’adresse au Couvreur sur un ton de reproche :

– « Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la même question posée par deux Francs-maçons ? »

– « Celui qui ouvre son cœur change aussi son regard sur les autres, répond le Couvreur. Chacun porte son univers dans son cœur. »

Pour rester dans la même logique, dans la Grèce antique, les sophistes enseignaient à leurs disciples que pour être le plus équitable possible, non seulement il convenait d’argumenter pour défendre son opinion, mais il fallait aussi s’imposer un exercice d’argumentation pour défendre l’opinion de son adversaire. Etant entendu que l’adversaire est celui qui est sur l’autre versant, juste en face (dans le miroir), mais certainement pas l’ennemi qu’il faut détruire. Lorsque notre esprit adopte cette logique empathique, il trouve tout naturellement la voie du juste milieu. Le disciple se formait pour envisager le principe d’une vision à 360°. C’est pourquoi il m’a semblé fort utile de vous livrer une opinion contradictoire en m’obligeant à instruire à charge contre la Franc-maçonnerie.

L’exercice qui va suivre m’a été proposé un jour lors d’un stage de développement personnel. Ce changement de point de vue a modifié ma façon d’interagir avec les autres et m’a surtout permis de pondérer mes jugements. Il consiste à partager une feuille en deux. Ā gauche, on inscrit tout le bien qu’on pense d’une chose, d’une personne ou… de la Franc-maçonnerie. Ā droite, on reporte soigneusement tout le mal qu’on en imagine. Essayez donc avec votre père, mère ou grand-mère adorée et vous verrez que l’exercice est riche de sens. Il permet de se dégager des principes de « sacralisation » et de « diabolisation ». Rien ni personne n’est totalement parfait dans ce monde, ni totalement mauvais non plus. Lorsqu’on est en mesure de posséder une vision claire et juste, alors notre jugement peut devenir durable et partagé. Pour toute chose qu’on sacralise ou diabolise, le balancier finit par revenir dans l’autre sens. Prenez l’exemple de la politique. Nos professionnels de cet art ont perdu toute crédibilité. Chaque parti est bien incapable de s’autocritiquer de manière constructive. La Droite invective la Gauche pour ce qu’elle faisait elle-même lorsqu’elle était au pouvoir. La Gauche en fait de même cinq ans plus tard. Pendant ce temps, les électeurs assistent, comme à Roland Garros, à une partie de tennis sans fin, ni sens. Comme chacun le sait, nous appelons ce jeu la « démocratie », et avouons-le, elle doit bien nous ressembler un peu… puisque nous continuons à l’encourager !

Si vous avez quelques amis maçons, vous entendrez de nombreux Frères et Sœurs vous servir la phrase suivante : « Ce n’est jamais la Franc-maçonnerie qui est décevante, c’est uniquement le Franc-maçon lui-même. » Pour ma part, je n’adhère pas à ce postulat. Pour obtenir une autre équation, je poserai le problème différemment : « Il est tout à fait possible d’être déçu par la Franc-maçonnerie et/ou par les Francs-maçons ». En réalité, les expériences que vous pouvez vivre en Loge sont multiples et variées. Elles répondent parfaitement à vos besoins profonds et inconscients. Je m’explique, vous avez forcément un bon copain à qui il arrive tous les malheurs du monde ? Où qu’il aille, la peau de banane est pour lui, le pot de fleurs qui tombe de la fenêtre est pour sa tête. Il ne peut pas faire cinquante kilomètres sans crever un pneu ou casser son pare-brise. On pourrait penser que le sort s’acharne sur lui comme la misère sur le monde, or il n’en est rien. Il vit une forme d’interaction permanente avec les ennuis, sans pour autant que cela le dérange. Il s’agit pour lui d’un monde connu, je dirais même très familier. Dans le même esprit, je connais des candidats en maçonnerie qui viennent frapper à la porte de la Loge après avoir intégré puis démissionné de l’A.M.O.R.C.[2], de la Société Théosophique de France[3] ou d’une Loge martiniste[4]. Ils débarquent en Loge en pensant trouver la réponse magique. La lune de miel est généralement de courte durée, car ils ne tardent pas à démissionner pour s’orienter vers une autre voie… nettement mieux celle-ci ! Dans ce contexte, il est évident que la déception est rapidement au rendez-vous. Il en est de même avec les projections trop importantes sur les futurs Frères ou Sœurs qu’on rencontrera en Loge. Nos voisins de Loge sont des gens comme n’importe quels autres. Ce sont des cherchants et non des magiciens. La Loge n’est pas « Poudlard », vous savez l’école des sorciers d’Harry Potter. Il ne s’y passe aucun miracle fantastique, juste du travail, de l’Humain et des expériences, bonnes ou mauvaises.

La première raison pour laquelle vous devriez fuir, c’est que vous ne verrez rien de magistral, aucune manifestation exceptionnelle, aucun être de Lumière… rien que des choses qui vont forcément vous sembler totalement banales. Une Loge n’est pas garnie d’or sur les murs. Les Frères et Sœurs sont habillés très simplement, et même souvent tous pareil (en noir). Donc, pour revenir à l’équation dont je parle au début de ce chapitre, on ne peut pas changer la réponse, mais il est possible de poser la question différemment. Je vous propose donc comme nouvelle définition : « Ni le Franc-maçon, ni la Franc-maçonnerie ne peuvent être décevants, surtout si j’accueille tout ce qui m’arrive durant mon chemin maçonnique comme une expérience riche de sens ». Pour compléter cette phrase, je vous livre cet aphorisme américain : « Je ne perds jamais ; je gagne ou j’apprends » (« I never lose, either I win or I learn »).

Le second point à explorer pour continuer notre tour d’horizon des raisons qui pourraient vous faire fuir est le suivant : vous constatez que votre Loge n’est pas celle que vous attendiez ; pire, il y a dans cette Loge des gens très peu recommandables. Cet exemple est rare, mais cela peut en effet arriver. Je connais des candidats qui une fois entrés en Loge, sont devenus corvéables à merci et bien entendu bénévolement. J’en connais qui se sont retrouvés avec des commandes de chantiers à réaliser sans aucun salaire ni reconnaissance. Tous les cas de figure existent et j’aurai plus tard l’occasion de vous expliquer pourquoi on retrouve en maçonnerie le meilleur comme le pire de notre humanité. Quoi qu’il en soit, le fait de vivre en Loge une expérience décevante est très formateur, surtout si on sait utiliser ce matériau comme base de travail pour grandir et évoluer. Il s’agit, je le rappelle, d’un laboratoire d’expérimentation de la vie. Il faut donc se poser quelques minutes et observer calmement. Ce qui arrive en Loge est le parfait reflet de ce qui vous arrive régulièrement en dehors. La seule différence est qu’en Loge, vous avez la possibilité de travailler sur le fondement de ce problème, afin de pacifier définitivement avec le souci en question. Je n’affirme évidemment pas qu’il soit naturel que des dérives existent en Loge. Je dis uniquement que la Loge est un lieu de travail. Si on la fuit pour rechercher la perfection attendue, on retrouvera ce même problème ailleurs. Par conséquent, autant profiter du voyage et nous harmoniser sur place, afin de trouver le bonheur. Il sera ensuite temps de quitter cette Loge pour une autre plus cohérente et prometteuse. Cependant, il faut garder à l’esprit qu’étant Apprenti, il est plus sage de rester et de travailler sur ce premier chantier avant le départ.

Parlons maintenant de ces mauvais maçons qui se sont introduits et donnent une mauvaise image de notre Ordre. Vous trouverez dans ce livre un paragraphe consacré à ces opportunistes, qu’il s’agisse des affairistes, des politiciens, des escrocs, des pédophiles, des manipulateurs, des petits dictateurs… ou tout simplement des nombreux frustrés qui viennent sévir dans l’univers maçonnique. On peut noter qu’on les retrouve dans les Loges, mais aussi parfois dans les instances dirigeantes des Grandes Loges. Les détracteurs de la Franc-maçonnerie polarisent leur attention sur ces indésirables. Ils constituent pour eux un grand mystère qu’il faut très vite éradiquer. Ils recherchent en somme de manière très subjective à jeter le discrédit sur la Franc-maçonnerie, sans en connaître le contenu. Il ne faut toutefois pas nier l’existence de dérives ponctuelles, sans affirmer pour autant qu’il y aurait en France des Loges de type P2[5].

Les mauvais maçons ne sont qu’une infime minorité… très apparente, car on ne parle que d’eux, mais ils masquent tout le reste. Prenez n’importe quelle organisation humaine, vous trouverez systématiquement ces personnages qui tels les moustiques en été, sont attirés par la lumière. Même s’il ne s’agit que d’un petit groupe, ils sont bien existants et ils viennent perturber le travail de ceux dont la quête est sincère et honnête.

Dans un autre registre, en 2010 il y avait neuf prêtres emprisonnés pour des faits de pédophilie et cinquante et un prêtres mis en examen. Sur les vingt mille deux cents prêtres français, cela représente une moyenne de trois brebis galeuses sur mille représentants du Vatican. Pour les enfants qui ont subi l’insupportable, c’est évidemment inacceptable, car pour eux, ce n’est pas une question de statistiques. Il reste toutefois, qu’on ne peut pas jeter le discrédit sur toute la communauté ecclésiastique qui consacre son temps au bonheur des fidèles.

Si chacun de nous regardait dans son arbre généalogique, nous verrions des ancêtres peu fréquentables. Cela ne doit pas nous obliger pour autant à nier ou à renier le reste de notre lignée et encore moins nous-mêmes. Tous les troupeaux ont leurs brebis galeuses.

En Franc-maçonnerie, comme ailleurs, l’appât du gain ou du pseudo-pouvoir attire forcément dans les Loges des individus peu fréquentables. Si vous craignez de rencontrer ce genre de personnages, il est donc vivement conseillé de ne pas vous faire initier. Dans le même temps, il faut aussi éviter de vous faire employer dans une entreprise, les dangers en milieu professionnel sont au moins dix fois plus importants qu’en Loge. Dans le même esprit, Il faut absolument éviter la famille et les amis et rester cloîtré dans un blockhaus. En résumé, avec mes propos taquins, je rappelle simplement que le monde est très dangereux, surtout si on passe son temps à garder les yeux rivés sur la rubrique des faits divers. Si on compare les homicides actuels à ceux de 1985 pour la région parisienne, on constate qu’ils sont trois fois moins nombreux maintenant[6]. Une étude a été menée par le spécialiste de la sécurité internationale Andrew Mack, associé au Professeur de psychologie à Harvard Steven Pinker. Il a compilé et analysé les chiffres des dernières décennies[7]. Ce qui est le plus surprenant, c’est que le Monde va de mieux en mieux selon tous les indicateurs de violences. En revanche, la rubrique des faits divers démontre précisément que nous sommes au bord du chaos nucléaire. En somme, si vous regardez la télé et lisez la presse, il n’est pas anormal que vous pensiez que nous sommes à l’aube de la troisième guerre mondiale.

Il est plus rentable pour un organe de presse de promouvoir la violence que la Fraternité dans ses colonnes. C’est ce système économique pernicieux, auquel nous participons tous, qui entraîne peu à peu notre société dans une peur permanente vis-à-vis de ce qui nous est étranger.

La Franc-maçonnerie n’échappe pas à cette règle de la disproportion entre les méfaits commis par quelques-uns et la multitude de petits miracles quotidiens qui se produisent grâce à une pratique honnête dans sa voie initiatique. Une rubrique des bonnes nouvelles maçonniques ne serait lue par personne, car les gens heureux ont autre chose à faire que de se nourrir de la vie des autres. Ils ont une vie de bonheur à construire pour eux. En revanche, les gens défaitistes se rassurent en assistant, impuissants, à tous les malheurs de gens qui vivent des drames pires que les leurs.
Commandez-le livre intégral dès maintenant

[1] Officier de la Loge qui se trouve souvent près de la porte

[2] Ancien et mystique ordre de la Rose-Croix. Mouvement philosophique, initiatique et traditionnel. Son but est de perpétuer les enseignements philosophiques que les Rose-Croix se sont transmis à travers les siècles, ces enseignements se rapportant aux mystères de l’univers, de la nature et de l’homme lui-même.

[3] La Société théosophique est une association internationale prônant la renaissance du principe théosophique.

[4] L'Ordre martiniste le plus ancien fut fondé par Papus en 1891.

[5] La Loge P2 était une Loge maçonnique mafieuse qui dépendait du Grand Orient d'Italie (1945 à 1976), dont l’existence était illégale. Elle fut mêlée à un énorme scandale politico-financier au début des années 80.

[6] Figaro du 05/05/2015