Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


QUE SE PASSE-T-IL LORS D'UNE INITIATION ?

Commandez-le livre intégral dès maintenant

Alors, nous voilà arrivés sur un chapitre très délicat. Je parle de celui de l’Initiation, car il est fortement associé à celui du secret. Chaque candidat lors de sa cérémonie prête un serment indéfectible. Nous aurons d’ailleurs l’occasion d’en parler dans le chapitre consacré au secret. Nous aborderons plus en détail les raisons qui justifient pleinement ce mystère. Pour ma part, j’abonde totalement dans le sens de préserver le secret. Non pas que je sois un adepte de la cachotterie, mais il existe une réelle raison que je vais développer.

 Il me semble que certains dignitaires maçonniques feraient mieux d’expliquer cette vraie raison du secret, plutôt que de dévoiler sur des plateaux de télé, des fragments insipides de nos pratiques. Tout cela ne fait qu’épaissir le voile du mystère et renforcer les groupes antimaçonniques dans leur paranoïa. Donc oui, les Francs-maçons entretiennent des secrets. C’est justement sur ce point que l’Église catholique est restée bloquée depuis le XVIIIème siècle (précisons-le bien, car une grande majorité des autres Églises chrétiennes reconnaissent les maçons).

Une des raisons pour lesquelles l’Église catholique entretient une rancune tenace envers la Franc-maçonnerie s’explique par le fait que, bien que née écossaise et catholique, elle est devenue anglaise et anglicane. Pour le Vatican, Franc-maçon est devenu synonyme d'Anglican. Dès lors, Rome a senti un danger en voyant les plus hautes couches de la société française taper à la porte d'un Temple... anglican !

Le pape Clément XII par sa constitution In eminenti du 28 avril 1738, et Benoît XIV par sa constitution Providas du 18 mai 1751, condamnèrent et prohibèrent la société De' Liberi Muratori appelée les Francs-maçons.

Pour compléter l’offense, jusqu’à la loi du 9 décembre 1905, l’Église chrétienne représentait un réel pouvoir. Cette loi initiée par le député républicain-socialiste Aristide Briand (non-maçon, semble-t-il) confirmait la séparation des Églises et de l'État. Ce sera le coup de grâce, car l’Église ne pardonnera certainement pas tout de suite à la Franc-maçonnerie son rôle joué dans cette trahison, qui a entraîné sa destitution du pouvoir. Depuis, elle éprouve une vive rancœur et sanctionne quiconque, parmi ses brebis, oserait s’écarter du droit chemin en fréquentant une Loge maçonnique. Le dernier en date, fut Pascal Vesin[1], le curé de Megève, qui se fit congédier pour appartenance à une Loge du Grand Orient de France.

Bon nombre de catholiques ne comprennent pas (ou comprennent justement trop bien ?) que lorsqu’ils demandent à la Franc-maçonnerie la levée du secret[2] dans ses pratiques, c’est un peu comme si la Franc-maçonnerie demandait à l’Église catholique de supprimer ce dogme de la croyance en Dieu. Sans le dogme, le catholicisme s’effondrerait. Sans le secret, l’Initiation maçonnique perdrait son essence.

Attaquons le vif du sujet et commençons par le secret de l’Initiation. Que peut-il bien se passer dans une Initiation, pour que la porte soit hermétiquement close à ce point ? La réponse : rien de tout ce que vous pouvez imaginer !

En 1940, les nazis séquestrèrent tous les dossiers des Frères qu’ils trouvèrent en pillant les Temples, afin d’y trouver tous les fameux secrets dont nous parlons. En lisant les Rituels, ils ne trouvèrent absolument rien. Et pour cause, ces secrets en question ne se comprennent pas, ils se vivent. Imaginez un seul instant que je vous révèle que le mot secret est « torrent » ou encore « Lamech et Tsillah ». Pouvez-vous penser un seul instant, qu’en prononçant ces mots, vous pourriez être subitement investis de pouvoirs magiques ? La réponse est bien évidemment négative. Il vous faut savoir aussi que le pseudo-secret n’est pas non plus dans un geste magique. Si je vous sers la main en Maître maçon, nous allons nous reconnaître, tout comme si je vous donnais les mots de passe de mon grade. Mais ensuite, que va-t-il se passer ? On se reconnaîtra comme des Francs-maçons du même grade, mais aucune brèche dans l’espace-temps ne va s’ouvrir pour retourner dans une autre période, ni aucune force extérieure ne va se manifester pour réaliser tous nos vœux.

Ce secret ne peut pas s’apprendre, il ne peut que se vivre. Le secret consiste dans l'expérience que vous vivrez en Franc-maçonnerie et personne ne peut vous remplacer. Tous les autres « secrets », mots, gestes, rituels, sont disponibles dans les livres et sur Internet. Si je vous explique dans ce paragraphe comment il se réalise, je vous vole votre cérémonie, car vous ne pourrez jamais la vivre de la même manière, dans la mesure où votre esprit ne pourra plus être surpris par ce qui va vous arriver. En fait, pour prendre un exemple, si j’avais une boule de cristal et que je vous révélais chaque soir ce qui vous arriverait le lendemain, je vous empêcherais de vivre votre vie. Ce serait comme un père qui ne permettrait pas à son fils de vivre sa vie et qui anticiperait sur tout ce que son fiston expérimenterait. Il le sait lui, car il est déjà passé par là, donc il veut préserver son enfant en le surprotégeant. Le résultat est que le fils en question ne vivra jamais sa propre vie. Il vivra par procuration la vie de son père.

Un jour, un psychogénéalogiste me donna une interprétation différente de ce passage de la Bible, lorsqu’Abraham conduit Isaac sur le Mont Moriah, Dieu lui demande de sacrifier son fils pour prouver sa foi et son amour. Un ange le retient et lui ordonne de sacrifier à la place un bélier prisonnier d’un fourré. Pour certains commentateurs, c’est le signe que le patriarche voulait montrer à Dieu son dévouement indéfectible et sa foi infaillible. Pour le psychogénéalogiste de ma connaissance, il fallait y voir une autre explication symbolique. Il s’agissait d’arracher le fils des griffes de sa mère Sarah. Lui permettant ainsi de voler de ses propres ailes, en vivant sa vie d’Homme. Dans l’aspect symbolique, on peut y voir une forme de pas dans le vide. Quelle dose de confiance fallait-il avoir pour prendre ce risque !

Il en va de même dans l’Initiation maçonnique, il faut faire le pas dans le vide. Si vous savez ce qui se passe, vous vous privez de l’expérience. C’est un peu comme mesurer la vitesse d’une chauve-souris en mouvement. Le seul moyen c’est de laisser la lumière éteinte sinon elle cesse de voler et vous ne pouvez plus rien mesurer. Comme vous avez pu le lire dans les pensées des pages précédentes « Le moyen de voir par la foi, c'est de fermer les yeux à la raison. » (Benjamin Franklin).

Pour ceux dont la curiosité n’est pas totalement assouvie, je ne vais pas vous raconter une Initiation maçonnique, mais je vais faire un parallèle avec un exercice que j’ai déjà vécu dans le cadre d’un stage de développement personnel (qui n’a rien à voir avec la Franc-maçonnerie). Cela finira de vous convaincre. Même s’il ne s’agit évidemment pas d’une Initiation maçonnique, les effets du principe développé ci-dessous peuvent s’apparenter à ce qui se passe lors d’une cérémonie d’entrée en Loge, car les émotions de cet exercice sont très fortes, croyez-moi !
Commandez-le livre intégral dès maintenant



[1] Le Père Vesin est congédié par l’Eglise catholique en 2013, alors qu’il était le curé de Megève, suite à l'envoi de lettres anonymes à l’Evêque, l'informant que le curé était membre du GOdF. Il publie en 2014 chez Presses de la Renaissance « Etre frère, rester père ».

[2] Il s’agit bien entendu du secret symbolique, car tout ce qui concerne la Franc-maçonnerie (écrits, films …) est disponible aux yeux de tous sur Internet.