Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


QU'EST-CE QUE LE SYMBOLISME MAÇONNIQUE ?

Commandez-le livre intégral dès maintenant

Ce n’est pas chose aisée que de parler du symbolisme. C’est comme expliquer ce qu’est la confiture à la fraise à un ami qui n’en a jamais goûté.

Le symbolisme n’a d’intérêt que si nous travaillons sur la spiritualité. Ā quoi peut donc bien servir le symbolisme à une Loge qui ne travaille qu’aux changements de la société ou à la compréhension du monde par la physique ? Il faut bien comprendre que le symbolisme trouve ses racines dans la spiritualité. Cette fameuse spiritualité, dont je parle depuis le début, est précisément l’autre face invisible de la matière. En résumé, il existe la matière et l’esprit. Vouloir négliger un des deux, c’est réduire la tranche de la pièce… jusqu’à ce qu’elle disparaisse, car les deux sont totalement indissociables. Je dirais même qu’ils sont absolument complémentaires.

Je vais donc maintenant définir quels sont les symboles de manière sommaire, pour ne pas vous faire prématurément une instruction d’Apprenti. Ce serait violer nos secrets que de vous dévoiler tout le travail avant le serment d’Apprenti.

Parlons déjà de la Loge. C’est le lieu où les maçons se retrouvent pour leurs travaux, mais c’est aussi l’ensemble des membres (Frères et Sœurs) qui constituent ce qu’on nomme également un Atelier. Certains appellent le lieu de réunion le Temple. Pour ma part, c’est une définition plus religieuse. On doit ce nom de Loge au compagnonnage. Lorsque les compagnons bâtissaient une cathédrale, ils construisaient une cabane qu’ils juxtaposaient à l’édifice principal. Ils se retrouvaient le soir pour échanger, se reposer, manger quand ils ne pouvaient le faire au dehors et aussi, pour former les Apprentis. La Franc-maçonnerie a gardé ce terme.

Ā l’intérieur d’une Loge maçonnique, on retrouve une multitude de symboles sur lesquels les Apprentis et les Compagnons vont étudier, afin de pouvoir ressentir la Franc-maçonnerie. J’ai bien employé le terme ressentir. Celui qui veut comprendre la maçonnerie, doit préalablement la sentir dans ses cellules. La tête ne peut rien pour l’Apprenti maçon. Comme l’a très justement dit Henri Bergson : « Il y a des choses que l'intelligence seule est capable de chercher, mais que par elle-même elle ne trouvera jamais. Ces choses, l'instinct seul les trouverait, mais il ne les cherchera jamais. »

Je vois un nombre très important de candidats qui sont totalement imprégnés de la peur distillée quotidiennement par nos journaux et autres médias. Ils s’imaginent qu’en raisonnant avec la tête, cela va les rassurer. Je peux vous confirmer que les maçons qui comprennent sont uniquement ceux qui ressentent. Vous trouverez des milliers de maçons capables de disserter durant des heures entières sur la philosophie maçonnique, d’autres sur son histoire, un autre groupe sur ce qu’ils ont compris de leur lecture du Rituel et enfin les intellos de l’Art Royal, ceux qui analysent et dissèquent… mais à aucun moment, ils ne ressentent. Comme l’a dit très justement Montaigne : « Je n'enseigne point, je raconte ». Il convient donc de se laisser bercer et de ressentir le symbolisme, il finit comme le sachet de thé dans l’eau chaude par créer un changement de goût que vous pouvez enfin apprécier physiquement.

Alors entrons dans le vif du sujet et prenons un ou deux exemples.

La Lune et le Soleil : ils sont tous deux présents en Loge. Tous les Apprentis maçons travaillent sur le symbolisme. Quand on dit « travaillent », cela ne signifie pas que l’Apprenti doit se jeter sur Wikipédia ou Universalis pour découvrir que la vitesse de la lumière est de trois cent mille kilomètres par seconde et que le rayon du soleil met huit minutes avant d’arriver sur terre. Tout cela ne serait que de la physique scolaire. Une Loge n’est certainement pas l’antichambre d’une classe d’école. Même si en pratique, le Franc-maçon se doit aussi d’étudier et de perfectionner sans cesse son savoir. Ce qui nous intéresse dans le cas présent, c’est uniquement la fonction symbolique, celle qui est compréhensible par tous ceux qui auraient les mêmes références culturelles que moi. Il s’agit en somme d’un langage commun.

On peut affirmer que Lune et Soleil sont deux opposés complémentaires. Ils sont pour l’un, le représentant du principe passif (la Lune, car elle reçoit la Lumière) et pour l’autre actif (Le Soleil, car il émet la Lumière). L’un ne peut pas vivre sans l’autre, car si vous retirez le Soleil, notre système solaire sombre dans le chaos. Si vous retirez la Lune, tout notre équilibre s’en trouve affecté. On peut donc vérifier ainsi la complémentarité des deux pôles. Au-delà de cela, on peut affirmer que la Lune et le Soleil sont de vivants symboles du principe de dualité, tel le masculin et le féminin. Je peux donc commencer à me pencher sur ce qu’est la dualité et où elle sévit ailleurs dans la Loge… et dans la vie en général. Je me suis donc servi d’un double symbole pour comprendre un principe universel. L’être humain, enfermé dans sa dualité est un prisonnier. Comme l’affirme le vieux proverbe yiddish : « Entre deux solutions, choisis toujours la troisième ». En effet, la méthode maçonnique permet de s’extraire du principe de dualité pour s’élever jusqu’au principe ternaire, celui du trois, celui de la spiritualité… avant d’aller plus loin ensuite.

Ce petit avant-goût de symbolisme vous permet-il d’entrevoir l’intérêt de nos travaux maçonniques ? Vous saisissez mieux maintenant comment un individu lambda peut faire grandir sa conscience, sans s’enfermer dans une bibliothèque pour se bourrer le crâne de bouquins qui ne serviront pas à grand-chose au final. Il ne s’agit pas de remplissage avec des savoirs, mais bien d’élévation de la conscience.
Commandez-le livre intégral dès maintenant