Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


Le livre boycotté de la Franc-maçonnerie

Le livre boycotté de la Franc-maçonnerie - Article à Paraitre en 2016

« Ma Franc-maçonnerie mise à nue… pour les profanes » (Editions L’O.L.)

****************

Interview de Franck Fouqueray – Auteur d’ouvrages maçonniques

Vous venez d’écrire un ouvrage au nom accrocheur « Ma Franc-maçonnerie mise à nu… pour les profanes ». La couverture est pour le moins provocatrice, car rappelons-le, vous posez dans le plus simple appareil en recto/verso. Ma première question est la suivante : avez-vous subi des pressions suite à la sortie de cet ouvrage ?

Si vous me demandez si ma vie est en danger, la réponse est évidemment non. En revanche, si vous voulez savoir si ce livre, qui fut écrit dans un esprit très constructif, m’a attiré des inimitiés, la réponse est immédiatement oui. Il y a eu des remous et des discussions dans certains cercles pour savoir comment il fallait accueillir et traiter cette couverture honteuse pour la vieille dame maçonnique tricentenaire. Ça  a été considéré par certains comme une provocation insupportable. Des membres de mon obédience ont d’ailleurs évoqué la possibilité de m’exclure, ce qui n’a pas eu lieu et on peut s’en réjouir. Quelques organes de presse m’ont boycotté et ont refusé de diffuser les informations concernant cette publication. Jacques Carletto, journaliste indépendant et plus connu par les Francs-maçons comme dessinateur et conférencier sous le pseudo de Jissey, a consacré à mon dernier ouvrage un reportage vidéo de 10 minutes. (DESIR DE LIRE - ENVIE DE LIVRE). L'idée qui ressort de cette interview est : « Franck Fouqueray est-il le nouveau Giordano Bruno de la Franc-maçonnerie ? ». A la suite de ce reportage je me suis demandé pourquoi quelques organes de presse m’ont boycotté et ont refusé de diffuser les informations concernant cette publication. Par exemple le support maçonnique www.hiram.be qui diffuse régulièrement les vidéos d'auteurs maçonniques n'a jamais diffusé  ce reportage. Je serais curieux d'en connaître les raisons. Un autre exemple, une de mes amies et auteure d’ouvrages maçonniques reconnus, à qui j’ai proposé de participer à la rédaction, a fini par se retirer du projet juste avant sa sortie. Elle voyait dans cette couverture une profanation de nos symboles et ne voulait pas y associer son nom au risque de déclencher le courroux dans son Obédience.

En fait, si vous montrez des enfants mourir de faim, ou encore des touristes se faire écraser par un camion au journal télévisé de 20H, c’est devenu presque naturel. Mais si vous affichez  votre postérieur sur une couverture de livre, cela devient un drame insupportable qui heurte la morale de quelques bien-pensants. Nous vivons une époque très intéressante sur le point crucial des valeurs morales et de la perception de l’information. La notion de ce qui est montrable de ce qui ne l’est pas est devenue totalement subjective. Il faut dire qu’au cours des 10 dernières années, les faits divers à la TV ont augmenté de 73 % aux journaux télévisés[1]. Les chiffres concrets de la violence ont pourtant drastiquement baissé sur quasiment tous les registres à l’échelle même de la planète[2]. Donc en résumé, le monde va de mieux en mieux si vous le vivez au quotidien… sauf si vous allumez la TV. En revanche, cette manipulation des masses par les media pour alimenter le sensationnel, entraine des attitudes irrationnelles et un repli considérable en termes de tolérance et de morale. Tout le monde a peur des requins et pourtant, ils tuent « seulement » 10 humains par an alors que les moustiques en tuent 800 000[3] durant la même période. Pourtant, personne ne fait une psychose sur les attaques de moustiques… et encore moins ne produit un film Hollywoodien sur le sujet.

 

Comment interprétez-vous cela ?

 La Franc-maçonnerie vit un paradoxe assez surprenant. D’un côté, elle revendique un humanisme à toute épreuve et une fraîcheur d’esprit permanente, surtout pour ce qui concerne les idées sociales d’avant-garde qu’elle fait naître. Cependant, si vous essayez d’introduire des innovations au sein des Obédiences pour remettre en question le fonctionnement de l’Art Royal[4], vous assistez immédiatement à une levée de boucliers. Comme l’a dit Confucius : « Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l'immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire. » Les résistances sont en effet très nombreuses. Une longue pratique maçonnique ne garantit certainement pas une large ouverture d’esprit, ni une objectivité à toutes épreuves.  Il y a deux ans, j’avais déjà assisté à des remous lorsque j’avais lancé le site de rencontre communautaire pour Francs-maçons www.frangin-aime-frangine.com.  Sachant que la moyenne d’âge des maçons est plus proche de la retraite que de la puberté, j’avais pensé offrir un outil de mise en relation fraternelle. Je crois à juste titre que cela peut briser la solitude et favoriser la solidarité. J’ai pris des contacts avec un membre d’une association sociale et humanitaire paramaçonnique, en vue de reverser les dividendes du site de rencontres. Lorsque le Blog maçonnique de l’Express, animé par François Koch[5] a lancé l’info de manière officielle, j’ai reçu plusieurs appels téléphoniques dans la journée. Les divers interlocuteurs, tous représentants officiels de structures maçonniques, s’indignaient de cette initiative bien audacieuse pour cette vieille dame qu’est la Franc-maçonnerie française. Je dis bien française, car si j’avais lancé le même projet chez les anglo-saxons, personne n’aurait sourcillé. Ils sont habitués à conjuguer la Franc-maçonnerie et l’action sociale.      

Quel est votre objectif ?

Je suis comme tout le monde, je regarde de temps à autres les infos télé et j’écoute la radio. J’observe de plus en plus en plus les interventions des dignitaires des Grandes Loges, du moins ceux qui entrent dans l’arène médiatique pour prendre part au débat social.

La plupart du temps, c’est pour défendre la laïcité. Or il me semble évident que la Franc-maçonnerie est une voie initiatique. A ce titre, les représentants maçonniques sont à mettre au même rang que les présidents d’associations cultuelles. La Loi Aristide Briand de 1905, sur la séparation de l’église et de l’Etat s’applique aussi aux Obédiences maçonniques. Beaucoup de Francs-maçons ne se reconnaissent pas dans les propos de leurs dirigeants, car ils ont été élus pour diriger leur Grande Loge, mais en aucune manière pour les représenter socialement, et encore moins politiquement sur des sujets qui dépassent grandement le rôle des maçons. Si les sujets sociaux en question touchaient à la dépollution du monde ou à l’éradication de la famine, nous pourrions penser qu’il s’agit d’altruisme ou d’humanisme. Cependant, les thèmes sont toujours très proches de sujets électoraux ou du moins très politisés. Les motivations profondes de ces actions sont donc sujettes à caution.  

Ainsi, en constatant cet état de fait, j’ai souhaité intervenir en apportant à mon modeste niveau, une contribution. Pour ce faire, j’œuvre activement dans le recentrage de la Franc-maçonnerie symboliste. Ce n’est certainement pas en entrant dans l’arène pour dénoncer les dérives politiques de certaines structures maçonniques que les choses évolueront. Cela ne servirait qu’à en faire la publicité. En revanche, en écrivant des ouvrages qui replacent la Franc-maçonnerie dans son rôle de voie initiatique, on permet aux maçons qui le désirent de retrouver le chemin qu’ils étaient initialement venus chercher.

Nieriez-vous le rôle d’acteur social de la Franc-maçonnerie ?

Ce serait difficile de ne pas reconnaître les actions passées des Francs-maçons au sein de la société.  J’en parle d’ailleurs à plusieurs reprises dans mon dernier ouvrage[6]. Il faut reconnaitre que derrière tous les grands chantiers sociaux de l’histoire, nous retrouvons directement ou indirectement un ou plusieurs Francs-maçons. Cela est très certainement dû au fait qu’en occident et plus particulièrement en France, les voies initiatiques, solidement enracinées dans la société sont plutôt rares. Les clubs services n’ont malheureusement pas cette profondeur de conscience qui pousse l’humain à déplacer des montagnes. Pourtant, il faut souligner que ces associations font un travail absolument formidable (je pense au Lion’s Club et au Rotary, mais pas seulement…)   

Pour revenir au rôle de la Franc-maçonnerie en ce début de XXIème siècle, sur presque cinq mille Loges maçonniques que compte notre pays, combien de Frères ou de Sœurs peuvent déclarer avoir utilisé leur Loge comme ascenseur social ou financier ? Très peu, car la Loge n’est certainement pas l’endroit propice pour faire des affaires. Posez cette même question à des pratiquants de golf, des anciens d’HEC ou des membres du « Siècle »[7] et vous aurez une vraie idée du peu d’influence politique de la Franc-maçonnerie contemporaine, du moins, par rapport à d’autres réseaux nettement mieux organisés pour le succès social ou financier. Sous la Troisième République, environ un homme politique sur deux était Frère. Aujourd’hui, un élu sur dix porte le tablier[8]. C’est la preuve évidente du lent déclin de la maçonnerie politique et sociale. Il est certain que la Franc-maçonnerie joue encore, dans certains cas, un rôle d’incubateur d’idées, comme le furent les salons du XVIIIème siècle, mais certainement pas de groupe d'influence comme se plaisent à l’affirmer les pourfendeurs des enfants de la veuve et de l'orphelin[9]. Pour paraphraser Marc Giget[10], s’inspirant d’une célèbre émission de France Télévision pour expliquer le conservatisme français en matière de technologie : « La taille des racines de la Franc-maçonnerie française empêche ses ailes de pousser ». En d’autres termes, l’Art Royal est à une période charnière de sa longue existence. Il doit se réinventer pour répondre aux besoins d’une époque inquiétante et spirituellement apathique.

La réelle nature de la Franc-maçonnerie est trop peu connue, car beaucoup trop marquée par son glorieux passé de pseudo-lobbyiste des affaires publiques de l’Etat français.

Donc selon vous, Franc-maçonnerie et politique sont-ils incompatibles ?

Mélanger la Franc-maçonnerie et la politique est similaire à mélanger la religion et le sexe, sous prétexte que l’un fait du bien au corps et l’autre à l’esprit. C’est un mélange des genres totalement incompatible et impraticable, du moins si on veut être sincère. La raison est la suivante, la politique repose exclusivement sur un principe de dualité (droite - gauche / pour - contre / capitalisme - socialo-communisme…), alors que la Franc-maçonnerie travaille précisément à sortir de la dualité pour explorer le principe du ternaire.

Lorsqu’un maçon entre en Loge pour y pratiquer des activités sociales ou politiques, cela revient en quelque sorte à un automobiliste qui, une fois dans son véhicule, aurait un pied sur le frein et l’autre sur l’accélérateur. Comment peut-on justifier deux actions totalement antinomiques ? Certains penseront probablement qu’il existe des pays à pratique théocratique, pourtant dirigés par un système démocratique. On peut même se demander si les Etats-Unis n’en font d’ailleurs pas partie[11] ? Alors, pourquoi ne pas faire une confusion entre la Franc-maçonnerie et la politique ? La réponse est la suivante : il est matériellement impossible de travailler sa spiritualité et de débattre sur des sujets qui enflamment les passions et entraine une division entre les humains. Tous les maçons se plaisent à répéter que la maçonnerie travaille à « rassembler ce qui est épars et répandre partout la lumière ». Il faut faire un choix clair et cesser l’hypocrisie. En somme, il faut arrêter de justifier sa peur et affronter enfin le vrai problème, qui est la remise en question de soi-même. Or, bon nombre de maçon veulent d’abord changer le monde pour se rassurer avant de commencer le travail sur eux. Ce point ramène aussi à une question d’identité. La maçonnerie est-elle une voie socialo-politico-culturelle ou une voie spirituelle ? Ā ceux qui répondent : « un mélange des deux », je rétorque simplement qu’il est en effet possible de rajouter une dose de spiritualité à la politique, mais le contraire est absolument impossible au risque de la profaner.

Vous posez la question « Pourquoi doit-on entrer en Franc-maçonnerie en 2016 ? »

La première des réponses et sans aucun doute la meilleure de toutes : « Parce que j’en ai très envie ! ».

Pour tout vous dire, je ne connais aucun Franc-maçon qui ne soit resté en Loge sans avoir un réel désir de maçonner avec ses Frères et Sœurs. Le travail nécessaire à la progression dans les grades est tel que personne n’est assidu si la curiosité est la seule motivation.

Le serment maçonnique engage le candidat pour la vie. Son contenu est très sérieux. Ce contrat moral est le premier pas du chemin qu’emprunte tout maçon le jour de son Initiation. Le postulant s’engage par avance sur des clauses qu’il n’est absolument pas certain d’être en mesure d’honorer, puisqu’il ne connaît encore rien du reste de son futur chemin !

On entre en loge pour vivre l’épreuve de l’ « Initiation », il faut cependant en définir le sens. Il s’agit de la cérémonie qui permet le passage de l'état d'individu dit « Profane » à celui d'« Initié ». Ce processus se caractérise par des épreuves symboliques et des mises en condition basées sur les quatre éléments Terre/Air/Eau/Feu qu’on retrouve depuis des siècles de presque tous les rites ethnologiques. Tout le principe de la Franc-maçonnerie repose sur le caractère initiatique de cette épreuve.

Dans le contexte matérialiste dans lequel nous vivons, comment l’être humain peut-il faire face aux fameuses épreuves qui vont lui permettre de s’élever spirituellement et de retrouver son essence première ? Notre société s’est vidée de ses rituels et de ses épreuves de passages. Désormais, le mot valeur est exclusivement associé à la notion financière. On juge l’individu à son poids en euros ou en dollars. Lorsqu’on présente une relation, il est totalement désuet d’affirmer qu’il est le plus honnête ou le plus fraternel de tous vos amis. Le mot gentil est devenu synonyme de simplet. En revanche, si vous annoncez qu’il joue en première division à l’OM (ou au PSG pour ne pas faire de jaloux) ou qu’il est réalisateur de longs métrages pour Canal +, aussitôt la curiosité va amener vos amis à s’intéresser de près aux qualités évidentes de cette fameuse relation. Un politicien corrompu, une star de cinéma perverse ou un avocat véreux sera toujours véreux, même si ses amis sont des princes ou des ministres. On ne devient pas quelqu’un de bien de par sa fonction ou sa fortune. On le devient uniquement par le travail sur sa conscience et son rapport aux autres. Tout le travail sur la quête de sagesse est une voie d’accomplissement pour atteindre le bonheur. Nous savons tous que l’argent, la beauté et la gloire ne suffisent pas.

La Franc-maçonnerie apporte justement une solution en or pour répondre à ce besoin de rectitude et de relation harmonieuse à l’autre. Elle offre une méthode, une caisse à outils en somme. Toutes les personnes que vous allez rencontrer en Loge sont des humains que vous n’auriez probablement jamais approchés au dehors. Car, comme tout un chacun, vous choisissez très minutieusement vos relations. Tous ces nouveaux amis en tablier auront des personnalités différentes et certainement complémentaires. Vous allez vous confronter à eux, vous allez vous apprécier ou pas… et parfois beaucoup vous agacer. Ils vont vous servir de miroir et de partenaire, pour vivre des expériences de vie que vous n’auriez probablement pas eues dans le monde profane. La recherche instinctive de la zone de confort ne nous conduit jamais sur ces territoires d’évolution personnelle. C’est précisément grâce à ce travail en Fraternité que vous pouvez progresser. Toutes ces rencontres vont, sans le vouloir, vous amener à vous confronter à vous-même, au plus profond de votre conscience. Une Loge bien construite est une sorte d’hologramme qui évolue selon votre position et votre état de conscience. Les personnalités rayonnent et interagissent entre elles, dans un bain de Fraternité, afin de servir chacun des membres sur la voie initiatique. Comme vous le voyez, nous ne sommes plus dans les débats d’idées ou de société. Nous parlons bien de chemin initiatique.

Vous expliquez à quoi sert une Initiation, pourquoi ?

Ce qui différencie la Franc-maçonnerie de toute autre voie sociale ou sportive, c’est précisément cette notion d’Initiation. Rappelons que ce terme signifie « commencer le chemin ». Nous avons donc de manière très explicite la notion de longueur et de durée dans le temps de cet engagement. Si le secret est jalousement gardé, c’est qu’il n’existe aucun secret. Sinon depuis 3 siècles, vous imaginez bien qu’une littérature abondante aurait dévoilé ces fameux secrets. La seule chose que partagent les Francs-maçons est l’épreuve commune qu’ils ont tous vécu et que les profanes ne connaissent pas. Alors la curiosité est forcément au rendez-vous et ceux du dehors veulent savoir ce que font ceux-du dedans ! Or la seule chose possible est de vivre à son tour cette expérience, afin de pouvoir partager ensuite avec les autres.

C’est pourquoi j’ai illustré mon propos par une expérience presque similaire qui expose, sans dévoiler de secret, le principe de l’Initiation et la réception de la Lumière, si chère aux Francs-maçons.

Je ne raconte pas une Initiation maçonnique. Je fais un parallèle avec un exercice que j’ai déjà vécu dans le cadre d’un stage de développement personnel (qui n’a rien à voir avec la Franc-maçonnerie). Les effets du principe développé ci-dessous peuvent s’apparenter à ce qui se passe lors d’une cérémonie d’entrée en Loge, car les émotions de cet exercice sont très fortes, croyez-moi !

1.      Imaginez qu’on vous bande les yeux et que vous restiez ensuite une longue période enfermé.

2.      Ensuite, on vient vous chercher et on vous conduit dans une large pièce. Vous sentez du monde autour de vous. On vous fait monter sur un escalier qui vous mène à deux mètres du sol.

3.      Une voix impressionnante vous demande de vous approcher du vide et de vous retourner jusqu’à être en équilibre vers l’arrière.

4.      La voix vous demande de vous relâcher le plus possible, puis vous invite, lorsque vous serez prêt, à vous laisser tomber en arrière dans le vide. Elle précise que vous n’avez rien à craindre car des personnes seront là pour vous recevoir.

5.      Vous vous sentez prêt… vous tombez, si possible en confiance !

Je l’ai déjà vécu par deux fois et je le répète, cet exemple présenté n’est pas une épreuve maçonnique réelle. C’est cependant très impressionnant et très formateur sur le lâcher prise et le sentiment d’impuissance.

Revenons à notre Initiation imaginaire. Si ce Rituel en cinq étapes n’était pas secret, vous auriez regardé dix fois vos prédécesseurs tomber en arrière. Votre esprit aurait échafaudé tout un tas de plans pour vous rassurer et ne pas vous faire mal. Votre attitude aurait forcément été différente si vous aviez été préparé.

Pourquoi selon vous, ne faut-il pas informer le candidat de cette épreuve ?

La réponse est évidente, pour lui permettre de vivre pleinement son exercice et sentir ce petit millième de seconde où il n’a plus aucun contrôle sur l’espace et la logique. Alors là et seulement là, la Lumière peut pénétrer en lui et provoquer une émotion fondatrice. Le doute vient l’ébranler le candidat et le travail peut ainsi commencer sur la voie du « Connais-toi toi-même ». Son mental n’est plus aux commandes. Il sait qu’il existe autre chose et sa recherche peut enfin débuter. Si ce candidat avait vu et revu des dizaines de films préparatoires, il se serait probablement privé du nectar de cette épreuve. Il ne s’agit pas d’un secret, mais d’une mise en condition pour permettre aux profanes en quête de la Lumière de travailler dans les meilleures conditions futures. Vouloir le comprendre préalablement, c’est tout simplement s’amputer de la chance d’être touché au cœur.

Je le dis souvent, l’Initiation a pour seul but de nous imprégner dans nos cellules. Nous allons ensuite réactiver tout au long de notre vie maçonnique cette mémoire grâce à la répétition des rituels. L’Initiation ne peut absolument pas se comprendre avec la tête. On ne se souvient jamais de toute sa cérémonie, tant les émotions génèrent une totale confusion dans l’esprit. L’Initiation s’imprime en nous à tout jamais, et cette marque est dans notre cœur, nulle part ailleurs. Tout ce qui entre dans la mémoire en ressortira à un moment ou à un autre. Ce qui se trouve dans notre cœur est gravé pour toujours. Il est des moments de la vie qu’on n’oublie jamais. Tout le monde se souvient où il était le 11 septembre 2001, lorsque les Tours jumelles sont tombées à NYC. Le choc émotionnel général était tellement puissant que chacun a posé une pierre blanche dans sa mémoire. Il en est de même avec l’Initiation maçonnique. Elle est imprimée en soi et personne ne peut vous la voler. Mais surtout, vous ne pouvez en aucune manière la partager avec votre voisin.

 Voyez-vous un avenir prometteur à la Franc-maçonnerie ?

Etant d’un naturel optimiste, ma réponse est évidement oui. Cela ne veut pas dire que la vie maçonnique sera un long fleuve tranquille. Tout d’abord, la période est un peu compliquée. Ensuite, même des grandes citées de l’histoire furent désertées ou des dieux oubliés. Donc, pourquoi la Franc-maçonnerie ne tomberait-elle pas après plusieurs siècles en désuétude ? Je dirais qu’elle doit sa survie permanente à la réponse qu’elle a donnée jusqu’alors, aux besoins de la société occidentale. Si vous comparez la Franc-maçonnerie française à l’anglo-saxonne, vous avez deux arts totalement différents tant dans l’esprit que dans la pratique. La Franc-maçonnerie anglo-saxonne, et plus particulièrement l’américaine, est devenue une forme de club service qui a pour vocation de développer des actions humanitaires. La Franc-maçonnerie française est quasiment devenue avec certains rites et certaines Loges, une forme de religion laïque, mais je reste prudent car on ne peut pas généraliser ce propos à toute la maçonnerie gauloise. Elle nous donne une forme non prosélyte de réponse à la question du sens de la vie. A l’heure où les religions engendrent des fanatismes de tous ordres, la Franc-maçonnerie propose de manière très sereine un choix universel, car elle n’est porteuse d’aucun dogme, aucun sacrifice. Elle peut ainsi traverser les époques et les modes afin de s’adapter aux régions et aux coutumes. En résumé, elle illustre parfaitement cette magnifique réplique entendue dans le film « Human », de Yann Arthus-Bertrand : « La vie, c'est comme porter un message que t'aurait confié l'enfant que tu as été un jour, au vieillard que tu seras. Il faut faire de sorte que ce message ne se perdre pas en route. » Il en va de même avec la voie initiatique de la Franc-maçonnerie française. Il s’agit d’un long voyage et d’un engagement initial de respect et d’amour. Ce langage n’a pas de frontière ni de nationalité. Au diable tous les paranos qui veulent voir des illuminati dans chaque Franc-maçon et tant pis pour ceux qui ne voient dans notre Art qu’un club service ou un tremplin pour leurs affaires. En résumé, que les incrédules ne dérangent pas ceux qui travaillent et s’élèvent en sagesse.

Franck Fouqueray est initié en Franc-maçonnerie au début de ce siècle à Casablanca (Maroc), à la Grande Loge du Royaume du Maroc. Il a été deux fois Vénérable Maître. Il est membre de la GLMMM (Grande Loge Mixte de Memphis Misraïm) à Paris. Il est auteur de :

« Manuel de survie pour Apprenti maçon voulant démissionner » (2014). (Editions L’O.L.) www.manuel-de-survie.com

« Manuel de sauvetage pour Apprenti maçon sans instructeur » (2016). (Editions L’O.L.) www.manuel-de-sauvetage.com

« Ma Franc-maçonnerie mise à nu pour les profanes » (2016) (Editions L’O.L.) www.ma-franc-maconnerie.com

 



[4] Synonyme de Franc-maçonnerie, mais moins employé.

[6] « Ma Franc-maçonnerie mise à nu… pour les profanes » Editions LOL – 2016 - www.ma-franc-maconnerie.com

[7] Club d'influence fondé en 1944 par Georges Bérard-Quélin. Cette association mondaine regroupe nombre des principaux dirigeants politiques, économiques, culturels et médiatiques de France. www.lesiecle.asso.fr.

[8] Source le JDD du 4/09/2015 http://tinyurl.com/sourceLeJDD

[9] Nom donné parfois aux Francs-maçons

[10] Marc Giget, Président de l'Institut Européen de Stratégies Créatives et d'Innovation. Grand spécialiste français des technologies et de l'innovation.

[11] Le thème de la théocratie est au cœur d'un débat aux États-Unis. Le terme Theocracy est employé pour dénoncer l'envahissement des débats politiques par des discours religieux, notamment pentecôtistes et évangéliques.