Toutes les questions sur la Franc-maçonnerie que vous n'avez jamais osé poser !

Découvrez nos partenaires ci-dessous


Grande Loge Mixte Universelle

Grande Loge Mixte Universelle

Année de création: 1973

Nombre de Loges: 72

Effectifs: 1600

Structure Mixte

Commander le livre 


Interviewé par Jacques Carletto


Une heure d'interview Vérité


Direct du 23/09/2015. Studios de BTLV.
Invité : Franck Fouqueray. 


La Grande Loge mixte universelle (GLMU) est une obédience maçonnique, issue de la scission d'avec la Fédération française du « Droit humain ». Déjà en 1913, une première tentative avait eu lieu, par la création de la Grande Loge mixte symbolique sous le même motif : la trop grande importance du Suprême Conseil universel mixte « le Droit humain » sur le fonctionnement de l'obédience. Mais l'arrivée de la Première Guerre mondiale empêcha son évolution.

Créée en février 1973, par trois loges du Droit humain, elle prendra comme première appellation « Grande Loge mixte universelle-Droit humain-Tradition ». Le Grand Orient de France lui délivrera une patente du Rite français le 10 octobre 1975. Les deux premiers grands maîtres seront Eliane Brault (1973-1974) et Raymond Jalu (1974-1978). Ils sont considérés comme les fondateurs de la Grande Loge mixte universelle.

LA GRANDE LOGE MIXTE UNIVERSELLE, partie intégrante de la Franc-Maçonnerie libérale et non dogmatique, n’est porteuse d’aucune doctrine. Elle initie des hommes et des femmes libres et qui le demeurent. Le Franc-Maçon, libre de ses croyances personnelles, ou de son refus de toute croyance, peut s’y exprimer en toute indépendance, il ne lui sera dicté ni mode de pensée, ni forme de comportement dans sa vie profane.

LA GRANDE LOGE MIXTE UNIVERSELLE, pour garantir la liberté de chacun dans son travail et ses recherches, s’est dotée, d’un fonctionnement basé sur la séparation des pouvoirs, dans un strict équilibre entre eux : le Convent, assemblée générale des Loges, décide ; le Conseil de l’Ordre, élu par le Convent, exécute ; la Justice maçonnique, dont les membres sont également élus, règle les conflits en toute indépendance.

Afin de garantir plus encore un fonctionnement démocratique de l’Obédience, la hiérarchie n’existe pas. Les mandats électifs sont limités dans le temps, et limités dans le nombre possible de leurs renouvellements. Si celui ou celle qui décide d’adhérer à la GRANDE LOGE MIXTE UNIVERSELLE est en recherche de vérité, c’est sa vérité qu’il trouvera, se servant pour cela des méthodes de travail mises à sa disposition : analyse et participation à l’évolution du monde, confrontation des expériences, recherches personnelles ou participatives en ateliers.

Le but de ce travail est inscrit dans l’article premier de sa constitution :

    « LA GRANDE LOGE MIXTE UNIVERSELLE est une institution humaniste, philosophique et progressive. Elle a pour but la recherche de la vérité, l’étude de la morale, et la pratique de la solidarité. ELLE TRAVAILLE A L’AMELIORATION MATERIELLE ET MORALE, AU PERFECTIONNEMENT INTELLECTUEL ET SOCIAL DE L’HUMANITE.

Elle s’engage à diffuser l’idéal laïc, expression des principes de raison, de tolérance et de fraternité. Elle s'engage aussi à promouvoir et à défendre la laïcité dans les structures et les institutions de la République.

Elle a pour principe la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, la liberté absolue de conscience. Considérant les conceptions métaphysiques comme étant du domaine exclusif de l’appréciation individuelle de ses membres, elle se refuse à toute affirmation dogmatique. »

En février 1973, trois loges du Droit Humain, « Lucie Delong », « Marie Bonnevial » et « Le Devoir », suivies d’une centaine de membres, abandonnaient le Droit Humain. Les causes de cette scission sont les mêmes que celles de 1913, à savoir la trop grande importance du suprême conseil, la marche de l’obédience.

C’est ainsi que fut créée la Grande Loge Mixte Universelle. Le Grand Orient de France lui délivre la patente du rite français. Au cours des convents  successifs s’affirment ses spécificités :

   - Mixité, laïcité,

   - Démocratie interne,

   - Egalité de tous ses membres,

   - Indépendance totale vis-à-vis des hauts grades.

La Grande Loge Mixte Universelle comprend rapidement vingt-cinq loges et adopte au  convent de 1979 sa Constitution, très proche de celle du Grand Orient de France. Au convent de 1981, elle affirme vouloir promouvoir l’idéal laïc, « expression des principes de raison, de tolérance et de fraternité ».

L’adoption des divers textes affirmant sa vocation progressive au convent de 1982 provoque le départ de quelques loges à tendance spiritualiste.

La Grande Loge Mixte Universelle apparaît donc comme l’aboutissement d’un long cheminement vers la création d’une Franc-Maçonnerie qui soit à la fois mixte, libérale,  laïque, progressive et démocratique.